Ma soeur, une marathonienne

C’est sous le vent et la pluie que ma jeune sœur a franchi la ligne des 42.2 kilomètres. Émue et remplie de fierté, elle a accompli ce rêve qu’elle mijotait depuis plusieurs années, être marathonienne. Ses fans numéro un l’attendaient au fil d’arrivée. Son amoureux et sa Louloutte.

Ce n’est pas l’intense pluie et le fait d’être détrempée qui l’empêchera de foncer droit devant elle pour atteindre son but.

Moi, j’étais à Québec, j’attendais de ses nouvelles. Je suivais sur Internet ses progrès et à mon grand désarroi, le site n’était pas mis à jour. Le regret de ne pas être là pour elle me rongeait tout à coup. J’aime la suivre, l’encourager et la supporter. Je la revois dans ses premiers pas à la course. Un 5 km, un 10 km, un premier 21.1 km. Une course après l’autre, elle rayonne. J’assiste, je prends des photos, je suis groupie.

Je suis si fière de ma petite sœur. Elle est une combattante. Elle poursuit toujours ses objectifs et elle ne les perd jamais de vue. Elle y travaille fort, elle met tous les efforts nécessaires pour y parvenir.

Ma sœur court au pace du bonheur, de l’écoute de son corps et au fil des chansons qui défilent l’une après l’autre dans ses oreilles. Elle aime créer à sa façon sa bulle, celle qui lui permet d’avancer, de se surpasser jour après jour.

Ce qui m’impressionne dans cette réalisation, ce sont tous les efforts qu’elle y met au quotidien. Elle ne peut pas dire « non pas aujourd’hui, je suis fatiguée ». Elle doit le faire et ne jamais repousser son plan d’entraînement.

Cela implique des sacrifices immenses, mais lorsque qu’elle chausse ses espadrilles et que son cœur bat d’excitation, qu’elle vibre tout d’un coup, il ne s’agit plus d’un sacrifice, mais du bonheur à l’état pur. Un moment pour elle, un moment seul avec sa tête, son corps et son cœur. Les kilomètres défilent sous ses pieds, elle se sent libre.

Courir 42.2 kilomètres n’est pas une mince affaire. Oh non ! La préparation, la confiance et le mental jouent une grande partie dans la réussite de ce grand exploit. Ne négligeons pas le fait que le corps doit être en santé et bien alimenter pour suivre chacun des pas à faire.

Ma petite sœur, tu es maintenant une marathonienne. Médaille au cou, fierté au cœur, exploit gravé à tout jamais dans le livre de ta vie. Je suis heureuse pour toi, petite sœur. Après toutes les épreuves que la vie t’a fait vivre, toi, tu as décidé de courir LA VIE. C’est beau et grand de te voir t’accomplir. Réaliser tes rêves. Prendre les moyens pour y parvenir, n’est pas une simple affaire et tu le fais parfaitement. Tu ne laisses jamais rien ni personne te voler ce temps pour toi. Tu as décidé de te sentir vivante, être bien et surtout : croire au dépassement de soi. Tu donnes espoir aux femmes de se réaliser, de ne pas s’oublier. Tu démontres que nous pouvons arriver à se surpasser si on croit en soi. Tu es une inspiration.

Continue ta route, tu accompliras encore de grands défis, j’en ai aucun doute. Comme tu as dit : « Tu étais dans la cours des grands », mais sache que c’est parce que toi aussi, tu es grande ma soeur !

Ta groupie préférée, ta grande sœur qui t’aime.

Anny Cloutier

Anny Cloutier

Crédit photo – Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s