Dur matin

5 h 30.

Les yeux grands ouverts, mais le cerveau dans le coma. Je fais sur que tous mes membres fonctionnent. C’est bon ! Le coeur plein, mais le regard vide. Je me lève de mon lit, un pied devant l’autre, jusqu’à la salle de bain. J’ai l’air de marcher sur la lune. C’est un drôle de feeling : je suis tout en sueur, mais pourtant je n’ai jamais été aussi inactif. Froid dans le dos, froid dans l’âme.

Je me jette deux ou trois bonne flaques d’eau gelée au visage. La clef tourne dans le contact, mais rien ne fonctionne. Qu’est-ce qui se passe avec ma tête? Plus de marteaux-piqueurs et de coups de masse que sur l’île de Montréal. J’essaie de manger un peu, mais il n’y a rien à faire. Premièrement, j’ai un appétit d’oiseau, deuxièmement, mes mains tremblent autant qu’Haïti en 2010.

C’est lorsque l’on a de la misère à se comprendre soi-même qu’on comprend pourquoi c’est aussi dur de comprendre les autres.

Je décide d’aller m’étendre avec mes écouteurs durant quelque temps. J’appuie sur play, puis tout d’un coup, le moteur commence à ronronner. Mon corps se détend complètement. C’est incroyable de constater à quel point quelque chose d’aussi abstrait d’une simple mélodie peut avoir le même effet que la méthadone sur un héroïnomane.

Ça m’apprendra à penser que je peux me passer de ma musique comme ça.

17353663_10208778358284485_8293229664854693430_n

A.C

Crédit photo – Couverture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s