Le cliché

C’est trop cliché de chanter à propos de son cœur brisé comme on fredonne fièrement l’hymne national de son pays. C’est overrated de faire rimer ses sentiments quétaines sur une mélodie gaie pour partager au monde entier ô combien t’as un amour qui ne veut pas mourir, comme dans les contes de fées (avec les tracteurs en plus).

Mais est-ce vraiment redondant de prendre une fraction de son existence, où le monde arrêterait de tourner, où les doutes dans nos esprits joueraient à « 1,2,3 statue »? Où la société fermerait les yeux pendant qu’elle retient son souffle tel un enfant gâté qui n’a pas ce qu’il veut?

Vis, darling.

Ton cœur, il a le droit d’être en miettes ou même encore d’être gonflé comme un ballon d’hélium, pompé aux frenchkiss pis aux regards coquins en coin.

Si tu veux, on peut tous s’arrêter un peu pour prendre le temps de vivre nos vulnérabilités, sans vieillir trop vite.

On peut se laisser le temps de noircir nos journaux intimes de nos aventures crève-cœur et de nos soirées étirées jusqu’au lever du soleil qui finissent toujours en un éclat mélodramatique après trop de Sex on the beach (ou vodka canneberge si on est wild).

On peut laisser le temps à nos secrets chuchotés dans l’obscurité de notre promiscuité juvénile de voir le jour, pour créer une apocalypse de remises en question.

On peut faire tout ça, juste avant qu’on soit passé mode, comme les pattes d’éléphant et les coupes mulet.

15107417_10207787738679614_7525440517631247241_n

Camille Miousse

Crédit photo – Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s