Tomber en amour, c’est un peu ça

On entend tous quelqu’un dire « Je suis tombé en amour » une fois de temps en temps, sans pousser la réflexion plus loin. Pourtant, c’est plutôt deep dans un sens, tomber en amour. On rencontre une personne, un étranger et puis soudain, quelque chose change, une petite flamme s’allume dans notre intérieur. On s’échange nos numéros, on s’ajoute sur Facebook. Les discussions s’enchaînent, durent de plus en plus longtemps. Bientôt, ça ne suffit plus. On passe des heures au téléphone; on a peine à raccrocher, alors on se la joue quétaine;  »Vas y, raccroche! »… »Non toi raccroche! ». On s’invite à des petites soirées, on laisse les gens parler sans rien dire. Puis, il y a ce moment effrayant où l’on réalise que tout bascule. Que cet étranger rencontré dans la rue, à l’arrêt de métro ou dans une soirée ennuyante, eh bien, on l’aime bien, au fond. On sent ce vide se créer soudainement sous nos pieds; la chute commence.

Ça fait un peu le même effet que de faire le sling-shot à La Ronde, t’sais. La rencontre, les petits messages cute, les heures passées au téléphone, les premiers rendez-vous, le premier baiser… C’est le high, le moment où tu es propulsé vers le ciel, sans vraiment savoir où tu t’en vas ou même si les cordes vont te retenir. Ensuite, le moment où tout bascule. Ce moment où tu te rends compte que tu tombes en amour. Tu tombes et t’espères que quelqu’un ou quelque chose saura te rattraper dans ta chute…

J’aime m’imaginer que c’est un peu ça, tomber amoureux. Réaliser que cette petite personne qu’on aurait bien pu ne jamais rencontrer, eh bien, au fil du temps, devient quelqu’un de formidable à nos yeux. C’est un peu comme laisser son coeur tomber en chute libre vers le sol et se croiser les doigts fort fort pour que cette petite personne qui vaut si cher à nos yeux, eh bien, qu’elle l’attrape, tu vois? Non seulement qu’elle l’attrape, mais qu’elle l’enroule de couvertures confortables, de douceur et d’amour; qu’elle en prenne soin, quoi?

En regardant notre petit coeur fragile, brisé tant de fois auparavant, chuter en slow motion, on fait face à nos insécurités. La plus grande d’entre elles étant de n’avoir aucune idée d’où est-ce que ça va mener ou encore si cette fois-ci, peut-être, juste peut-être… Ça pourrait être la bonne?

Tomber en amour, c’est un peu ça.

16174902_10208328825686451_4934646574384569542_n.jpg

Maïna Bélanger

Crédit photo – Couverture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s