Mon obsession numérique

Ô miroir, qui est la plus belle? Certainement pas moi et mes quelques livres en trop.

Vêtue de vêtements amples, on saute le petit-déjeuner – je n’ai certainement pas besoin de ces calories – et on raconte un petit mensonge – ma mère n’a certainement pas besoin de savoir que je ne déjeune pas.

L’école, cet enfer.

Je marche, tout en me sentant fixée et jugée. Les gens voient mes livres en surplus, c’est certain. Je resserre mes bras autour de ma taille, tentant de camoufler cette vilaine taille. Écouteurs aux oreilles, capine sur la tête, je marche. Je suis dans ma bulle et ainsi, je fuis le regard des autres.

11 h 45, l’heure du calvaire.

Bon, c’est seulement l’heure du dîner, mais ma faim est insupportable. Je pourrais me permettre une galette… Cela me ferait un fond !

Oh bordel, c’est si bon ! Et c’est déjà terminé… J’en reprendrais 100 ! Le goût sucré et délicat, la sensation d’un début de satiété… C’est exquis, mais c’est mal. Ces galettes sont remplies de gras et de calories. Je n’aurais pas dû… Merde !

Salle de bain, cabine, déglutissement.

Tout ce mal pour une soustraction sur la balance.

Les jours défilent et les privations s’enchaînent.

Je me sens faible.

Une chronique passe à la télévision. Le thème est l’alimentation saine. Ça peut ne pas être mauvais à regarder !

Trois repas sains par jour, plus d’assiduité dans les pratiques de cheerleading, la danse à fond la caisse, plusieurs bouteilles d’eau par jour. Enfin des résultats ! Je vois la fin.

Un jour, je vais peut-être me sentir bien.

Trois ans plus tard :

« Chérie, tu es dodue »

« Chérie, tu ne te prépares même plus pour moi »

« Chérie, quand recommences-tu le gym? Tu pourrais te raffermir ! »

« Chérie, n’en mange pas trop. Tu vas grossir ! »

Bordel, tu sais ce que j’ai vécu ! Pourquoi me dis-tu tout ça?

Portions diminuées, meilleure alimentation, inscription au gym. Je suis plus forte, mais je ne suis plus heureuse avec lui – en plus de tous ces commentaires. C’est terminé.

Rupture. Aucune larme. Une grande fierté.

Je n’ai pas seulement mis un terme à une relation. J’ai rompu avec cette obsession numérique.

J’ai mon poids santé. Je suis forte. Je suis belle.

Plus personne ne pourra m’infliger à nouveau cette obsession.

14908341_10207637229516979_2118025105717650553_n

Camille Miller

Crédit photo : Couverture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s