Une aventure sans fin

Tout a commencé en Gaspésie, les deux pieds dans cette eau glacée, en plein mois d’août. La vue sur le Rocher-Percé était magnifique. C’est à cet instant précis que mon goût pour l’aventure a commencé à naître en moi. Ce rêve de partir à la découverte du monde, à bord d’une Volkswagen Westfalia 1973 orange. Depuis ce jour, mon envie de partir à la conquête de l’inconnu est toujours grandissant.

Ça c’est poursuivi en Ontario, dans la ville de Cornwall, en moto. Deux ans plus tard, à Tulum, au Mexique, parmi les ruines mayas. Après quelques mois, les deux pieds dans la mer de Cayo Coco, Cuba – la mer était d’un bleu turquoise, avec des milliers de petits poissons. Cet été, de retour en Ontario, plus précisément à Toronto, en immersion anglaise à l’Université de York, à vivre sur un campus. Enfin de retour au Québec, aventure après aventure.

Bien sûr, ça n’a pas été rose à tous les jours, mais mon but précis, c’est de voir du pays. Apprendre de nouvelles langues. Apprendre de nouvelles façons de vivre. Rencontrer des personnes exceptionnelles. Goûter à différents plats. Découvrir des endroits majestueux.

Malgré tous ces voyages, dont mon entourage me trouve très chanceuse d’avoir réalisé à un si bas âge, je ne suis toujours pas satisfaite et rassasiée. J’ai encore plus hâte à mon prochaine périple. J’y pense toujours, même que j’en rêve. J’ai hâte de reprendre un bus, un train ou un avion. M’emporter vers une nouvelle destination.

Depuis le retour de mon dernier voyage, je ressens cette impression de radoter. Je parle de là-bas, de partout, mais jamais d’ici. Je vois bien que ça tombe sur les nerfs des gens, parfois. Ils sont tannés de m’entendre, car ils connaissent par coeur mes histoires. Je ne dis pas que je n’aime pas ma famille, mes ami(e)s ou le Québec, mais là-bas, je ne radotais pas. J’étais bien.

J’avais trouvé ma place, des personnes qui me comprenaient, un chez-moi. Contrairement à beaucoup de gens, mon chez-moi n’est pas fixe, comme beaucoup de voyageurs de ce monde. Ce n’est pas mal vu, car aujourd’hui, notre génération aime voyager. Elle veut découvrir notre belle planète bleue. Je sais que toi aussi, tu es curieux. Curieux de découvrir ce vaste monte qui nous entoure.

D’une certaine façon, une partie de moi est restée là-bas. Elle me crie d’aller la rejoindre au plus vite, car il m’en reste tant à voir. J’espère que toi aussi, tu connais cette sensation si belle que procure cette belle aventure sans afin autour du globe.

15037103_10207783788940873_7075290368465880176_n

Laurence Bolduc

Crédit photo : Couverture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s