Il n’est pas parfait et toi non plus

Une histoire d’amour commence souvent de façon passionnée. Les papillons se sentent dans ton estomac. Tes yeux pétillent lorsque tu entends quelqu’un parler de lui. Cet amour naissant te coupe l’appétit, même si tout le monde connaît ton fort attrait pour la nourriture. Un jour, il t’amène au cinéma. Il te tend la main, plonge son regard dans le tien, avance ses lèvres pulpeuses vers les tiennes et puis, c’est les feux d’artifice.

Le plus parfait premier baiser.

Les jours se succèdent et votre relation s’accentue. Il te présente tes parents, tu lui présentes les tiens. Il vient dormir chez toi, vous dormez en cuillère. Cet être collé contre ton corps est pour toi la personne plus parfaite au monde.

Tu l’aimes, ça se voit. On le voit par la façon dont tu valses parmi tous ces gens. Plus rien ne peut t’atteindre, tu es sur un petit nuage. Tu l’aimes, il t’aime, vous vous aimez.

Une année passe. C’est là que les montagnes russes commencent.

Tu commences à reconsidérer sa perfection lorsqu’il oublie tout ce que tu lui dis ou tout ce que tu lui demandes – petite note : la perte de mémoire vient de paire avec un TDAH, n’oublie pas ça. Tu découvres son air bête post-travail parce qu’il a soi disant trop faim pour être un humain agréable à côtoyer. Il oublie de baisser le bol de la toilette lorsqu’il va faire un numéro 1 – messieurs, la froideur du bol de toilette et la sensation de vertige à l’intérieur de celui-ci sont des irritants, de gros irritants. Tu ne le trouves pas assez romantique, pas assez affectueux… pas assez tout !

Lentement, tu accumules tout à l’intérieur de toi; chaque petit détail, chaque petit reproche. Votre relation devient quelque peu tendue, jusqu’au jour où tu décides de tout lui lancer au visage. Ça y est, ça commence…

Ton regard est parsemé de larmes.

Les reproches bondissent de ta bouche.

Tu ne mâches pas tes mots.

Tu veux qu’il comprenne ta frustration.

Tu finis par te taire.

Il s’avance vers toi, te regarde droit dans les yeux. Il ne comprend pas pourquoi tu ne lui as pas tout dit auparavant, pour finalement te dire ces quelques mots :

« J’ai accepté le fait que tu sois un peu jalouse. Je n’aime pas ça, mais j’ai compris que cet aspect de toi est la répercussion d’un passé moins fleurissant. J’ai accepté le fait que tu refermes mal les pots de cornichons, même si je sais pertinemment que je vais finir par en échapper un – d’ailleurs, ce n’est pas moi qui va ramasser. J’ai accepté le fait que tu sois incapable d’arrêter sur 21,78 $ ou 34,57 $ lorsque tu es dans une station service. Il faut soit un chiffre rond (14,00 $) ou un chiffre arrondi à la dizaine (45,80 $). C’est énervant. Très énervant. Et tu vois, j’ai appris à aimer ces aspects de toi, car j’ai accepté le fait que tu ne sois pas parfaite.« 

À la première année – le tout est approximatif et non examiné par des professionnels -, les illusions tombent. Tu vois ta douce moitié telle qu’elle est est réellement, sans artifice. Tu sais, la perfection n’est pas de ce monde – l’imperfection est la nouvelle perfection, by the way. C’est au moment où tu acceptes le fait que ta tendre moitié n’est pas parfaite que votre relation commence pour vrai. Une relation où l’amour s’endurcit et passe sans problème à travers le cours du temps.

Il n’est pas parfait et toi non plus.

Ça ne vous empêche pas pour autant de vous aimer.

14691068_10207613561805301_995218743843435218_n

Amélie Goulet

Crédit photo : Couverture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s