« Salut la grande, c’t’encore moi. »

Salut la grande, c’t’encore moi, bin oui. J’aimerais juste te dire deux ou trois trucs… Inquiète-toi pas, ça sera pas long, j’te le promets.

Tu penses tu que personne le voit que tu feel pas, que t’as les cernes jusqu’aux joues pis que ton sourire est tellement absent qu’on commence à se demander si y’a déjà exister. J’sais pas comment tu fais pour rien dire pis tout garder en d’dans de toé ma fille, mais si tu continues, ça va te tuer. Pis c’pas comme ça que ça doit se passer.

Faudrait que t’arrêtes de te torturer avec le choix que t’as fait, s’pas compliqué. Arrête de penser que t’es la méchante ou bin la no heart là-dedans. Tu décides pas tes sentiments pis si dans ta tête ça marchait pu, bin ça marchait pu. Point barre, fille.

J’sais que t’es pas sûre de ta décision pis du choix que t’as fait. C’est écrit dans ton front pis c’est écrit dans l’empreinte de sa silhouette qu’il a laissée dans ton lit à matin en quittant ta chambre. Parce que dans l’fond, tu veux juste pas le laisser partir pour de vrai encore…

T’sais fille, j’sais que tu souris pu, que tu pleures souvent pis que tu t’sens tellement mal que tu voudrais t’arracher le cœur à place de ressentir ce que tu ressens, mais tu peux pas retourner encore une fois en arrière juste pour être sûre de ta shot.

La grafigne que tu t’es faite sur l’cœur est en train de remonter jusque dans ta tête, fille. Ça, c’est dangereux !

Tu ne te vois pas aller. Ça paraît, pis pas à peu près. Tu te demandes sans cesse si c’est la bonne décision, si tu manques la chance de ta vie ou bin si t’as juste fait ça parce que t’étais tannée. Tu te demandes s’il va trouver mieux que toi. Honnêtement? Sûrement. Tu penses que t’as fait une erreur, mais quand y t’embrasse, tu réalises que tu ressens pu grand chose.

Ça fait mal lire tout ça, j’le sais.

T’sais la grande, tu devrais compter combien de fois tu lui as fait une place à côté de toé depuis que tu lui as brisé l’cœur.

J’suis désolée d’te faire autant mal en écrivant ça, mais si ça peut t’faire sourire comme avant.

J’sais que c’est pas facile ces choses-là. Ça m’lève le cœur de t’voir de même pis de pouvoir rien faire. Tu gardes tout en d’dans pis tu caches tout à tout l’monde. J’sais comment tu t’sens pis j’sais que tu te tortures avec ton choix parce que tu t’dis : « Criss, on peut pas arrêter d’aimer une personne du jour au lendemain comme ça ! »

Tu t’dis que tu peux pas briser l’cœur à quelqu’un que tu aimes. À chaque fois, tu peux pas supporter de voir dans ses yeux comment tu l’as magané juste à cause de ton fucked mind pis de ton cœur en dedans qui est parti en vacances.

J’sais pu quoi faire pour t’aider, la grande. J’sais pu quoi t’dire. J’sais que tu penses que l’monde autour de toi ne te comprend pas pis qu’ils vont prendre son bord. J’sais que t’as perdu plusieurs personnes que t’aimais à cause de ça pis j’sais que ça te fait mal d’avaler toutes ces conséquences là juste à cause de toé.

Au fond, j’sais que tu veux pas le laisser partir. J’sais pas si c’est parce que tu l’aimes, parce que t’as peur ou bin parce que t’es juste égoïste, mais laisse-toi pas partir toi, s’il te plaît.

Déjà qui en a une bonne partie qui a crissé l’camp depuis… 

T’sais la grande, j’sais pas si t’as compris ou bin si tu t’en fous de s’que j’viens de t’écrire…

Mais on a besoin que tu remontes la pente, j’ai besoin que tu remontes cette pente-là. 

Lui aussi y’en a besoin, crois-moi. 

14956062_10207692442257263_5267786957456319852_n

Emmy Drouin

Crédit photo : Couverture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s